Les transports en commun ont le vent en poupe. Le crédo d’ENGIE ? « Nous passons la vitesse supérieure et nous parlons volontiers de solutions de mobilité ». En train, en tram, en métro (et en bus !), nous sommes partis à la rencontre des collaborateurs d’ENGIE qui rendent partout en Belgique vos déplacements plus faciles et plus sûrs.

Cette citation sur la mobilité sort de la bouche de Filip Cocquereaux, Division Manager ENGIE Fabricom. « Chez ENGIE, nous contribuons tous, de plus en plus, à une meilleure mobilité. Avant, les choses étaient très segmentées. Mais nous sommes désormais face à de nouveaux marchés, de nouvelles approches. Moins d’œillères et plus de synergies ». Un constat partagé par nos clients. Lorsqu’il faut par exemple remplacer les câbles haute tension d’une section du métro, ils peuvent s’adresser au même Groupe pour changer les conduits de ventilation ou pour effectuer l’entretien de la signalisation. ENGIE, le client, l’usager… tout le monde y gagne : les travaux se déroulent de façon plus efficace et le métro est plus vite remis en service.

Rester au sein du Groupe

« Le premier contact se fait généralement avec ENGIE Fabricom. Nous cherchons ensuite par projet, qui sera le meilleur partenaire pour telle ou telle intervention. Par exemple, lorsque nous avons obtenu le contrat de rénovation des tunnels Léopold II, nous avons fait appel à l’expertise en ventilation d’ENGIE Axima et avec la collaboration de notre bureau d’étude Tractebel. ENGIE Axima a également participé avec ENGIE Fabricom à la rénovation de la station de métro Anderlecht, pour le compte de la STIB. »

Le métro : impensable sans nous

Impossible de trouver une solution de mobilité dans laquelle ENGIE ne soit pas impliqué. Prenons le métro. ENGIE Fabricom est un partenaire du réseau belge depuis l’origine, il y a quarante ans. « À l’époque, il y avait deux mondes bien séparés : le tram en surface, le métro en sous-sol. Chacun sa place. Désormais, les clients ne font plus la distinction entre les solutions de mobilité, explique Filip Coquereaux. « Sur le réseau de métro de Bruxelles, nous sommes devenus incontournables. Nous sommes présents sur tous les aspects, que ce soit l’entretien, la rénovation du réseau existant (pose de fibres optiques, remplacement des transformateurs…) ou la construction de nouvelles gares. »


À la croisée des grands projets.

L’avancée de la mobilité passe souvent par des projets radicaux et d’envergure. Celui de la ‘Noorderlijn’, où nous rénovons les infrastructures de circulation automobile, tram et pré-métro entre le nord d’Anvers et le centre-ville, en est un parfait exemple. « Nous sommes littéralement à la croisée des intérêts, parfois divergents, de la ville et des particuliers. Auxquels il faut ajouter les demandes de tous les partenaires mobilité – tram, bus, pré-métro, automobilistes – qui veulent pouvoir circuler rapidement et en toute sécurité, sans oublier les cyclistes et les piétons. Un challenge d’une grande complexité », souligne-t’il.

La sécurité en bonne voie

Métro ou train, ENGIE rend le transport sur rail plus sûr. Grâce à ENGIE Fabricom, le métro de la Région Bruxelles-Capitale peut ainsi bénéficier de SafeNet. Ce nouveau réseau de communication sécurisée, qui est déjà en place et sur lequel nous commençons dans quelques semaines les premiers travaux d’entretien, sera indispensable pour l’implantation du futur métro automatique. La sécurité ferroviaire s’améliore quant à elle au niveau européen, avec le système de signalisation ETCS Level 2.

Un transport ferroviaire plus rapide, plus sûr et surtout harmonisé dans toute l’Europe, c’est l’objectif de l’ETCS Level 2. ENGIE Fabricom joue ici un rôle crucial et fait en sorte que la Belgique soit l’un des premiers pays d’Europe à implanter le système de sécurité. « Dès ce printemps, nos équipes vont commencer son déploiement », explique Alexis Assoignon, Senior Project Manager. « Les deux premiers projets pilotes et les phases de test sont achevées. Nos techniciens installent en ce moment les signaux et les appareils de détection sur les voies partout en Belgique. Nous équipons ainsi 786 km de voies et nous posons 1 717 signaux et 3 572 balises. Mettre en place des synergies, établir des coopérations, ce sont nos points forts, comme le démontre le projet que nous avons récemment achevé à Melle. Avec différents services, j’ai envie de dire ‘membres de la famille’, d’ENGIE Fabricom, nous avons équipé l’atelier de traction de la SNCB de câblages, de caténaires, d’éclairages, de lignes haute tension, de connexion réseau et de signalisation. »

Rapprocher le bus et le train

Pour finir, Filip Cocquereaux tient aussi à mettre le bus en avant : « Il y a un peu plus d’un an, nous avons installé pour TEC, l’opérateur de transport wallon, le premier système de charge rapide pour bus électriques. Un projet pionnier qui a un impact significatif. Il rapproche en effet le bus et le tram, une des solution d’avenir pour la mobilité. Les petits bus, flexibles et faciles à implanter, sont une vraie opportunité. Il n’y a plus qu’à attendre que les politiques prennent les bonnes décisions. Chez ENGIE, nous sommes déjà prêts. »