Les marines belge et néerlandaise organisent un appel d’offres public portant sur la construction de douze nouveaux navires anti-mines. Partenaire de la société momentanée belgo-néerlandaise Damen – Imtech, ENGIE Fabricom participe à l’adjudication pour obtenir le marché de la conception et la livraison de l’ensemble des installations électromécaniques.

Ensemble UP pour des eaux plus sûres

ENGIE Fabricom n’en est pas à son coup d’essai, que ce soit en construction navale ou pour la réalisation de projets électromécaniques destinés à la Défense belge. ENGIE Fabricom, à l’époque sous le nom d’ENI, était pendant la période 1970 – ’80 le fournisseur principal des installations électriques à bord des frégates et des chasseurs de mines tripartites de la marine belge. De plus, entre 2002 et 2005, ENGIE Fabricom s’est chargée des modifications dans le cadre de la consolidation des trois frégates de la marine belge. ENGIE Fabricom a aussi collaboré à de multiples reprises avec la Défense pour l’installation et l’entretien de différents systèmes de surveillance, la surveillance centralisée de quais et la rénovation d’un ascenseur pour bateaux horizontal destiné aux dragueurs de mines. De même, ENGIE Fabricom participe depuis de nombreuses années au déploiement et à la maintenance d’un grand nombre de systèmes maritimes civils pour des administrations et organismes publics flamands et fédéraux.

Par ce nouveau contrat, ENGIE Fabricom entend intensifier encore son partenariat technologique, durable et innovant avec les marines belge et néerlandaise. Depuis notre siège à Oostende, nous voulons également mettre en place des infrastructures supplémentaires pour soutenir la base navale de Zeebrugge.

Un pôle de connaissances maritimes en Belgique

Pour l’exécution du projet, la société momentanée conduite par Damen et Imtech a proposé à plusieurs entreprises belges, dont ENGIE Fabricom, de réunir leurs forces. Outre les exigences auxquelles répondre dans le cadre de l’adjudication publique, les partenaires s’intéressent également aux développements possibles à moyen et à long terme. De ce fait, ils ne se concentrent pas seulement sur la conception, la construction et la mise en service des douze nouveaux bâtiments. En dialogue avec les marines, qui collaborent depuis 1948 au sein de BENESAM, des institutions d’enseignement et des centres de connaissances, ils entendent explorer également comment renforcer la Base industrielle et technologique de défense (BITD) belge. Par la création d’un pôle de connaissances « Mine Counter Measure » au niveau belge – sous le nom MCM Valley, nous souhaitons rester à la pointe de l’innovation dans le déminage au plan international.

Chasseurs de mines

Les navires chasseurs de mines recherchent et neutralisent des engins explosifs immergés. Ils patrouillent également dans les eaux côtières belges et viennent en soutien aux Garde-Côtes, à la police et aux services de douane. On les déploie aussi lors de graves accidents en mer, de catastrophes écologiques marines, ou pour la recherche d’épaves et de cargaisons perdues. Les navires anti-mines assurent aussi la sécurité de nos eaux côtières très fréquentées et de nos ports : c’est une condition essentielle pour l’économie maritime de la Belgique et des Pays-Bas. Ces navires sont équipés d’une multitude de capteurs en surface et sous-marins, comme par exemple des systèmes de sonar, ainsi que de drones (sous, sur et au-dessus de l’eau), capables d’approcher et de neutraliser des engins dangereux.

Vous trouverez ici plus d’informations sur le projet: http://nlnavy.damen.com/#mine-countermeasures-vessels